ASSOCIATION TARIQ ESSALAMA BEJAIA

TEL/FAX : 034 124 110 ........ ADRESSE: Centre Commercial Atlas Madala - Route de l'université - Béjaia 06000
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
POUR ADHÉRER A NOTRE ASSOCIATION : VEUILLEZ VOUS PRÉSENTER A NOTRE SIÈGE

OU NOUS APPELER AU 034 124 110 OU 0560 08 26 52

Partagez | 
 

 Tout le monde doit s’impliquer pour réduie l'hécatombe des accidents de la route (interview)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 196
Points : 237
Date d'inscription : 05/06/2008

MessageSujet: Tout le monde doit s’impliquer pour réduie l'hécatombe des accidents de la route (interview)   Jeu 19 Mai - 13:37

Youcef Chaouch Président de l’association Tariq Essalama
«Tout le monde doit s’impliquer pour réduire l’hécatombe des accidents de la




En dépit de l’arsenal de textes mis en avant par les pouvoirs publics pour endiguer cette hécatombe, le nombre de victimes survenant sur nos routes reste tout de même effarant. Les accidents de la route constituent la première cause de mortalité en Algérie. D’après le président de l’association Tariq Essalama de la wilaya de Béjaïa, Youcef Chaouch, l’Algérie a enregistré durant le 1er trimestre 2011, 907 morts et 13 198 blessés. Dans la wilaya de Béjaïa, on en a enregistré pour l’année 2010, 1 440 accidents, dont 105 morts et 1 379 blessés. La nécessité de renforcer les campagnes de sensibilisation et l’application draconiennes des lois en vigueur, conjuguées à l’amélioration de l’état du réseau routier, restent les meilleurs garants à même de réduire ce fléau, suggère-t-on. C’est dans cette optique que nous avons interrogé M. Chaouch, pour nous éclairer davantage.



La Dépêche de Kabylie : Y a-t-il un changement dans la fréquence des accidents, après la promulgation des nouvelles lois ?


Youcef Chaouch : Certainement, le durcissement des sanctions apporté par le nouveau code de la route, contribue efficacement dans la lutte contre la délinquance routière. Mais elle ne suffira certainement pas, si elle n’est pas accompagnée de campagnes de sensibilisation impliquant tous les acteurs, en l'occurrence, les ministères, la Gendarmerie nationale, la Sûreté nationale, la Protection civile, les Assurances, les concessionnaires automobiles et le mouvement associatif.

Quelles sont à votre avis les raisons qui font que le "terrorisme routier "continue à sévir dans notre pays en général et dans notre wilaya en particulier ?



L’augmentation du nombre d’accidents de la circulation est due au non respect du code de la route et aux manœuvres dangereuses, et que l’élément humain vient en tête des principales causes de ces accidents. L’autre facteur c’est l’état des véhicules surtout la défaillance du système de freinage et que l’état doit penser au statut du contrôleur technique automobile qui perçoit des pressions des promoteurs des agences privées qui pensent à la rentabilité mais pas a la sécurité. Il y a aussi l’état des routes, le manque de signalisation horizontale et verticale.




Les nouvelles lois sont vraiment dissuasives en terme de répression des infractions au code de la route; mais cela n’a tout de même pas pu réduire considérablement leurs fréquences, comment expliquez-vous cela?



Notre pays manque beaucoup de campagnes de sensibilisation surtout à la télévision qui est un média lourd, notre association n’a pas cessé de sensibiliser les citoyens sur les dangers de la route, en 2010 nous avons réalisé un travail de proximité où nous avons touché 12 communes de la wilaya de Béjaïa. Cette année nous investissons notre bénévolat sur les enfants des écoles primaires ; nous avons déjà tracé un programme avec la direction de l’Education de Béjaïa, nous souhaitons l’implication de l’école aux compagnes de sensibilisation afin de former une future génération qui respecte le code de la route, car l'enfant d'aujourd'hui c'est le conducteur de demain.




Quels sont les moyens les plus efficaces pour réduire au maximum cette hécatombe dans notre pays ?



Ce n'est autre que la sensibilisation. C'est le chemin le plus difficile et le plus sûr. Les conducteurs doivent avoir la conviction de changer leurs comportements, Il faut inculquer à l'automobiliste le sens de responsabilité et les risques qu'il encoure. La sensibilisation dans le milieu scolaire c’est aussi très important. La loi 87-09 dans son article 21, repris par la loi 01-14 article 60, stipule que l'éducation routière est obligatoire dans les établissements d'enseignement, mais jusqu'à ce jour, on attend le texte d'application.




Votre association vient d’organiser un concours de meilleur chauffeur de bus de l’année 2011 ; quel est l’objectif ciblé à travers cette manifestation ?



Nous avons organisé ce concours qui est la première initiative en Algérie, dans l’objectif d’améliorer le comportement des conducteurs de transport en commun, pour qu’ils adoptent une conduite plus citoyenne et moins dangereuse sur les routes et de mettre en avant les différents aspects de la profession. Car, un seul accident impliquant un bus de transport de voyageurs est l'équivalent d'une collision d'une dizaine de véhicules légers.


Propos recueillis par B. Belkacem

_________________
le Président de l'association
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://salama06.forum.st
 
Tout le monde doit s’impliquer pour réduie l'hécatombe des accidents de la route (interview)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASSOCIATION TARIQ ESSALAMA BEJAIA  :: LES ÉCRITS DE PRESSE SUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE-
Sauter vers: